Portrait Camille Laulan, omni-pédo-praticienne « La communication c’est la clé pour une meilleure acceptation »

montage camille grand.001

Quel est votre mode d’exercice ? (Remplaçant, collaboration, associé, salarié)

Je suis associée, dans un cabinet multidisciplinaire, le GAD pour Global Advanced Dentistry à Bordeaux, créé par le Dr Cyril GAILLARD. Dans ce cabinet chacun à sa spécialité ou son exercice de prédilection. C’est très agréable de pouvoir travailler avec des spécialistes, pour échanger, apprendre les uns de autres et s’adresser les patients au sein même du cabinet afin de prodiguer les meilleurs soins possibles.

 

Êtes-vous omnipraticien.ne ou spécialiste ? Si oui, laquelle ?

Je suis omnipraticienne avec comme domaine de prédilection la pédodontie, la dentisterie adhésive, conservatrice et esthétique ainsi que l’orthodontie par aligneurs.

 

Parlez-nous de votre parcours professionnel et de vos expériences passées, que vous ont-elles appris ?

J’ai eu la chance de partir au Canada pour ma dernière année d’étude et cette expérience m’a beaucoup apporté sur le plan personnel et professionnel. Le système de santé étant différent en Amérique du Nord, il est beaucoup plus facile d’exercer en accord avec les données acquises de la science, et les soins sont dictés par l’excellence, non par des remboursements. C’est plus agréable. La population est aussi beaucoup plus dento-consciente car la prévention est au coeur de leur système de santé. Cela m’a encore plus conforté dans l’idée que je voulais mettre le côté préventif la dentisterie au centre de mon exercice.

J’ai participé à de nombreux congrès, fait plusieurs formations privées et universitaires pour me perfectionner dans les domaines qui me plaisaient. En sortant de la faculté, nous possedons juste les bases du métier et il est important de continuer à se former pour se perfectionner et se tenir au courant de l’actualité de la profession. Je ne suis pourtant pas sortie il y a très longtemps mais les choses ont déjà bien évoluées!

De plus, j’estime que l’on ne peut pas, ou c’est très rare, être performant dans tout les domaines ; de même qu’on ne peut pas forcément aimer tous les versants de la profession. Se former permet de faire évoluer notre exercice pour qu’il nous corresponde d’avantage et que l’on soit plus épanoui dans notre pratique quotidienne. C’est le cas en ce qui me concerne.

 

Comment sont structurés votre cabinet et votre équipe (nombre d’assistant.e.s et leurs rôles, fauteuils, agencement, lieu de travail etc.)

Actuellement nous sommes 26. 10 dentistes, 7 assistantes, 3 prothésistes, 2 chargées de patientèles, 2 secrétaires et 1 manager. Chaque dentiste travaille entre trois et quatre jours par semaine. Avec les normes sanitaires actuelles, nous travaillons principalement par grosses demis-journées et sur deux fauteuils. Cela permet de ne pas perdre le temps imparti à la désinfection nécessaire entre les patients.

Cependant, ce travail de désinfection supplémentaire ne permet pas aux assistantes de faire autant de travail à quatre mains qu’avant. Nous allons donc devoir recruter des assistantes supplémentaires pour continuer à travailler de manière optimale avec des assistantes dédiées.

 

Comment est organisée votre semaine ? Combien de jours travaillez-vous ? Selon quel schéma ?

Je travaille quatre jours par semaine. Mon jour off est le jeudi : c’est souvent ce jour-là que les formations ont lieu, donc ça me permet d’être disponible en ayant à m’absenter le moins possible du cabinet. 

Mon mercredi est dédié à la pédodontie, le reste de la semaine je fais de l’omnipratique orientée dentisterie conservatrice, esthétique et orthodontie par aligneurs.

Mes journées sont aussi organisées avec des créneaux d’urgence pré-définis, ainsi que des temps assez « calmes » réservés aux consultations, contrôles, détartrages, petits soins que je peux faire seule, ce qui libère du temps à l’assistante pour la stérilisation ; et des temps « forts », actes plus techniques, nécessitant l’aide d’une assistante. 

 

Comment faites-vous pour équilibrer vie professionnelle et vie personnelle ?

Grâce à mon compagnon! 😁 C’est mon garde-fou, il n’est pas du milieu donc il sait me le dire quand je franchi la limite. Je suis quand même passionnée par mon métier et il me soutient dans tout ce que j’entreprends mais il me pousse à garder des moments pour moi, à faire du sport… Et notre fils de 7 mois me prend aussi maintenant beaucoup de temps, la vie personnelle a pris une toute autre importance depuis qu’il est là. 🙂

 

Quels sont vos conseils et astuces pour communiquer efficacement avec vos patients ?

C’est très important de parler avec nos patients pour recueillir leurs attentes, leur peurs, les rassurer et s’assurer qu’ils ont bien compris le traitement que nous leur proposons. En pédodontie, j’image beaucoup les choses, avec des mots simples pour que les petits patients comprennent. Il faut s’adapter à nos patients. La communication c’est la clé pour une meilleure acceptation de nos plans de traitement et des patients satisfaits.

 

Comment gérez-vous les situations délicates (stress des patients, douleurs, mécontentements) ?

Je suis formée en hypnose médicale, je ne me sers que rarement en temps que telle, mais j’utilise beaucoup d’hypnose conversationnelle pour diminuer le stress. Il y a des façons d’aborder les choses pour déstresser les patients. Avec mes petits patients comme avec les grands je détaille beaucoup ce que je fais, même durant le soin. J’ai également une télé au plafond où je diffuse des vidéos de voyage pour les adultes, des dessins animés pour les plus petits. C’est accompagné des musiques de Disney pour ces derniers et de playlists de reprises acoustique assez calmes le reste du temps…

La douleur avant le soin est souvent accompagnée de stress, il faut  donc réaliser l’acte et accompagner le patient avant de le soulager. Pour les douleurs post-opératoires, je pense qu’il faut toujours prévenir des douleurs possible, quitte à exagérer, sur l’intensité ou la durée. Un patient prévenu ne nous contactera `pas ou moins. Il vaut mieux que finalement il n’y est pas de douleurs que l’inverse.

Pour les mécontentements, nos compatriotes sont malheureusement de nature râleurs et exigeante. La plupart n’accordent que peu d’importance à leur santé bucco-dentaire, il est donc difficile de faire comprendre certains traitements et tarifs… C’est difficile pour moi mais on ne peut pas satisfaire et plaire à tout le monde! ^^ Globalement j’ai une patientèle agréable. Je pense que la communication, l’écoute des doléances et le fait d’assurer un « service après soins » est important pour éviter de grosses déconvenues.

 

Le cas clinique dont vous êtes le plus fier ? (Exposez votre cas avec précision)

Je n’ai pas de cas clinique particulier en tête… Ou du moins les cas dont je suis le plus fière ne sont pas des actes technique mais cela concerne plus le côté humain du métier. Que cela soit avec des petits patients phobiques, que j’arrive a commencer à soigner très difficilement, en m’aidant de prémédication, d’hypnose de MEOPA et qui à la fin des soins, n’ont plus besoin de ces aides pour se laisser soigner car j’ai gagné leur confiance. Ou que cela soit avec des adultes ayant été traumatisés plus jeunes et qui repartent de mon cabinet en me disant que je les ai réconciliés avec le dentiste 🙂

 

Qu’est-ce qui vous rend heureux au cabinet ? Qu’aimez-vous dans votre métier ?

Travailler avec une équipe motivée, en binôme avec des assistantes compétentes qui nous aident au quotidien. Avoir des collègues qui partagent la même vision de la dentisterie, qui ont des compétences que je n’ai pas et avec qui on peut échanger, apprendre… 

J’apprécie le fait qu’un traitement assez compliqué se passe bien, qu’un patient reparte avec le sourire, satisfait de mon travail… Et j’aime aussi le partage des petites douceurs pour le dessert du repas de midi, amenés par un membre de l’équipe! (étant donné notre nombre, les occasions sont nombreuses et c’est mon petit côté gourmand qui est heureux à ce moment là!) 

 

Quelle est ou quelles sont les musiques qui vous boostent ?

Céline Dion! 🙂 Je n’ai pas une grande culture musicale mais j’aime pas mal de variété française, des grands classiques de « filles ». 

Pour mes playlists de sport, je compose avec les chansons à la mode du moment ou bien, je demande à mon compagnon qui est plus au courant des nouveauté que moi. 

 

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants et tous jeunes praticiens ?

Aux étudiants : je leur dirai de profiter de leur statut d’étudiant pour faire des congrès et des formations au tarif étudiant! 😜

Pour les jeunes praticiens : j’ai vite été en collaboration, et c’était mon choix, je ne le regrette pas, mais j’aurai aussi adoré faire quelques remplacements dans les territoires français d’Outre-mer au début de mon exercice : il faut foncer tant qu’on a pas d’attaches! Et surtout continuer à se former en fonction des envies, ne pas laisser son exercice être guidé par la rentabilité, mais par la qualité! Sinon tout jeune praticien sera blasé dès le début et c’est si dommage. Certes, nous ne sommes pas le meilleur des pays pour exercer l’art dentaire dans les meilleures conditions, mais on peut tout de même s’épanouir et pour ceux qui veulent faire bouger les choses, il reste les syndicats! 🙂

 

En dehors de votre cabinet et de votre profession de chirurgien-dentiste, quelles sont vos passions dans la vie? 

En dehors du cabinet, j’aime m’occuper de mon fils, faire du sport, voir mes amis et ma famille. Comme tout le monde je pense! 

J’aime aussi beaucoup tous les travaux manuels : la couture, le tricot, les DIY (Do It Yourself). 

J’adore la montagne, lire un bon livre sur le sable chaud, les eaux turquoises, et jouer à la coinche! 

J’avais commencé le handball à 5 ans, c’était ma vraie passion et j’avais même mon diplôme d’entraineur, mais après trois opérations des genoux, je n’ai plus le droit de pratiquer ce sport. Ça a été insupportable voire insurmontable mais le temps libéré par l’absence du hand, je l’ai utilisé pour faire des formations et aujourd’hui, je ne serais pas là où j’en suis si je jouais toujours… J’ai perdu mon équipe de handball mais j’ai gagné des belles familles de dentistes.

J’ai aussi longtemps fait de la musique dans plusieurs groupes au Pays Basque et à Bordeaux (flûte traversière et piccolo), puis j’ai commencé la guitare acoustique, mais pour le moment, j’ai tout arrêté faute de temps. J’espère m’y remettre un jour.

 

Quels sont vos projets aujourd’hui ? Votre objectif pour l’avenir ?

Côté personnel, le projet à court terme est notre déménagement pour une maison située dans la périphérie de bordeaux. Il y a des travaux de rénovation à faire, il me tarde donc de pourvoir l’aménager à notre gôut. Il me tarde également de voir notre fils gambader dans le jardin, avec nos deux chats. Mon objectif à plus long terme, agrandir la famille 🙂

Côté professionnel, j’ai déjà des formations où je suis inscrite pour encore me perfectionner dans certains domaines. Et j’ai également des formations où je suis l’intervenante : du travail en perspective, mais avec toujours la même envie de partage, de rencontre, de convivialité et de confraternité. Mes objectifs sont de continuer à m’épanouir dans mon travail au cabinet, progresser dans les domaines de la dentisterie qui m’intéressent le plus pour pouvoir continuer à partager mon expérience et mon travail par le biais de conférences et de formations.

 

Que vous a apporté LearnyLib ?

Une nouvelle famille de dentistes. La learny Family : des fondateurs super motivés qui portent leur projet à bouts de bras et qui ont eu raison de croire en eux car cela fonctionne. J’en suis ravie pour eux. La formule à distance est novatrice et permet de pouvoir se former à son rythme et selon son emploi du temps, qui est comme pour beaucoup assez chargé.

Je suis contente de faire partie de l’expérience et d’avoir pu rencontrer les différents formateurs qui sont tous de jeunes dentistes passionnés par leur discipline de prédilection ou spécialité, motivés à transmettre, à partager leur expérience, toujours dans la bonne humeur et la confraternité! J’ai déjà pu suivre quelques unes de leurs formations sur learnyLib et il me tarde de pouvoir assister à certaines qui vont sortir bientôt.

(NB de la rédaction : un grand merci à toi Camille, nous sommes fiers de t’avoir permis nous 😁)

 

Formation : la préparation et le collage de A à Z des onlays, inlays et overlays

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Encore plus de lecture